Les tests salivaires vont pouvoir être déployés dans les établissements scolaires

Les tests salivaires vont pouvoir être déployés dans les établissements scolaires

La Haute Autorité à la Santé (HAS) vient de rendre public un avis autorisant le dépistage massif par prélèvement salivaire dans le cadre de dépistages à « large échelle » sur un groupe fermé (écoles, collèges, ehpad, …).

Olivier Veran avait annoncé que des dépistages massifs seraient organisés dès la rentrée des vacances de février dans les établissements scolaires si la HAS validait les tests salivaires. Il a anonncé ce jeudi 11 février au Sénat:

200.000 à 300.000 tests pourraient être effectués chaque semaine au retour des vacances.

Olivier Veran

Ces tests existent depuis de nombreux mois et sont pour certains fabriqués en France mais n’étaient, jusqu’à maintenant, uniquement utilisés à l’étranger.

Le prélèvement est beaucoup plus simple puisqu’il suffit de prélever quelques gouttes de salive et il n’y a plus besoin d’écouvillon dans le nez. Il ne faut ni manger, ni boire, ni fumer, ni se laver les dents pendant les 30 minutes qui précédent. Il ne s’agit pas de tests rapides, les prélèvements doivent être envoyés en laboratoire dans les 5h puis analysés.

La HAS estime que leur fiabilité est d’environ 3 à 13% inférieure aux tests avec prélèvement nasopharyngé. Ce manque de fiabilité sera compensé par une meilleure acceptabilité du test. Les parents accepteront plus facilement que leur enfant soit testé.

Etude comparative prélèvement nasopharyngé et salivaire ICI (sur 220 patients testés qui avaient pratiqués les deux tests, 40 avaient été détectés positifs avec écouvillon dans le nez contre 35 avec la salive).

Les tests salivaires avec résultats rapides ne sont eux pas encore recommandés par la HAS.